A Choeur Ouvert

Une chorale ...

Liste des chants de noël

Bonjour à tous!
 
Comme promis, voici la liste des chants à mettre dans votre farde pour mercredi 7 octobre. Pour les membres récemment entrés à la chorale, les feuilles manquantes vous seront données lors de la prochaine répétition.
 
2. Il est né le divin Enfant
4. Quand l’aube se lève (Pump of…)
22. Venez, mes enfants
91. Venez, bergers et bergères
155. Ding dong merrily on high
159. Canticorum
169. Joulun Kellot
193. This little light
196. La marche des Rois
208. La nuit
213. Belle nuit de Judée
 
Les titres soulignés sont ceux qui se trouvent sur le site de la chorale (aide pour répéter à domicile selon votre voix)
 
Bon dimanche !
Anne.

Reprise des activités de la chorale

Chers amis choristes
Les prochaines répétitions de la chorale auront lieu
le 30 septembre 2020
les 7 et 21 octobre 2020
les 4 et 18 novembre 2020
les 2 , 16 et 30 décembre 2020
Les projets de la chorale sont:
– un éventuel concert de Noël ( à déterminer)
– une prestation le 22 janvier à Rendeux-Haut pour un vernissage
– le festival de chorales à Hotton en mai 2021 à Hotton.
 
Visitez notre site pour revoir les chants qui s’y trouvent déjà.
Bonne journée !
Anne.

Reprise des activités

signalisations052

Bonjour chers choristes,
Voilà, le moment est venu de se retrouver !
Jean vous attend le mercredi premier juillet à 20h à l’église de Rendeux-Bas pour une première répétition. Le local sera aménagé pour respecter les distances sanitaires.Vous pouvez aussi prendre votre masque. Si cette reprise vous inspire,préparez les chants qui étaient en cours au mois de février. Jean se fera un plaisir de vous rafraîchir la mémoire  😃🎼🎼🎼
Au plaisir de se revoir bientôt pour de nouvelles aventures chantantes !
Bises volantes à tous !
 

Le mot d’adieu à Marie-Claire WIDART – Chéoux, le  17/02/2020

 

Marie-Claire,

 

Ton départ nous plonge, nous les choristes, dans une profonde tristesse.                  Tu étais des nôtres… Notre peine est grande.

Toutefois, ton départ n’empêche pas de raviver également une petite flamme… Cette flamme, c’est la joie ! La joie d’avoir partagé avec toi toutes sortes d’évènements, des dizaines et des dizaines de chants.

 

Je n’oublie pas non plus que tu fais partie des quelques personnes (avec Octave, Francis et Andrée) qui ont donné naissance à la chorale à l’occasion de l’ouverture du centre d’accueil pour demandeurs d’asile, ici à Rendeux.                                           Ton sens de l’accueil était bien réel.

 

La chorale a pris pour nom « A chœur ouvert » – avec chœur écrit « C-H-O-E-U-R ». On aurait sans doute tout aussi bien pu l’appeler « A cœur ouvert » (sans le « H »). Ton cœur à toi était bien grand et généreux. Et derrière un caractère bien marqué,  il y avait aussi un engagement et une détermination à toute épreuve.                                          Nous avons pu en bénéficier dans la gestion administrative que tu as prise en charge durant plusieurs années pour la chorale.

 

Personnellement, j’ai pu aussi m’en rendre compte quand j’ai eu l’occasion de te donner un petit coup de main dans la finition du travail relatif au livre que tu as rédigé sur l’histoire de Chéoux. Ce livre était le fruit d’un travail de très longue haleine qui a pris de nombreuses années et que tu as pu faire aboutir au bénéfice de toute la communauté.

Car tu étais de celles qui ont semé beaucoup de petites graines dans ta vie… et beaucoup de ces graines ont pu profiter de la vie pour devenir de beaux fruits ou de superbes fleurs…

 

Pour tout cela, Marie-Claire, nous te disons MERCI !

 

Marie-Claire, tu as affronté la maladie avec courage et dignité.  Tu es partie rejoindre ton Dieu chéri et celles et ceux que tu as aimés et qui sont partis avant toi. Repose en paix, Marie-Claire. Repose en paix…

 

Au nom de la chorale « A chœur ouvert »

Jean René OLIVIER

Bel hommage pour Marie-Claire

Funérailles de Marie-Claire Widart, 17 février 2020

Homélie

Frères et sœurs,

En nous retrouvant pour ce dernier adieu à Marie-Claire, je voudrais évoquer au nom de beaucoup ici ce que nous retenons de positif et de fort chez elle et que nous souhaitons garder vivant. Marie-Claire a laissé à la fin de sa vie quelques petites phrases inoubliables. Par exemple, elle disait : « J’ai essayé de faire le bien », et c’est ce que nous gardons fort présent. Bien loin de laisser dans la tristesse ceux qui restent, elle affirmait aussi : vous trouverez peut-être cela un peu drôle, mais j’aimerais que l’on chante ce qui est plus souvent au répertoire des messes de mariage : Oser la vie, comme si elle voulait que l’ouverture à laquelle elle avait tenu soit prolongée après sa propre vie, avec la dose d’audace nécessaire pour que la vie continue.

Longuement, de la JRC à l’ACRF et aux Equipes Rurales, Marie-Claire a contribué à la façon dont les mouvements ruraux réunissent jeunes et adultes et forment par l’éducation permanente et l’action. Quand elle en reparlait, elle résumait : il s’agissait d’aider les gens à oser.

Son ouverture se marquait aussi à sa porte, toujours ouverte, pour une réunion, une visite ou des fêtes. Il y a 6 ans maintenant, Marie-Claire m’avait interpellé parce qu’elle était touchée par le fait que des gens dont l’âge tournait autour de celui de la pension, se posaient les mêmes questions, faisaient le même type de réflexions. Et son réflexe était resté le même : pourquoi ne pas se voir et réfléchir ensemble ? Dans ce parcours, elle a été vigilante à ce que nous risquons toujours de laisser de côté : et les pauvres, quelle est leur place dans notre société ? et dans nos vies ?

Etre ouvert ne va pas sans accepter d’évoluer soi-même et sans mettre la main à la pâte. Si Marie-Claire aimait réunir par exemple pour des fêtes, elle tenait à y inclure les jeunes et à les accepter tels qu’ils sont, avec les évolutions qu’ils apportent. Puis-je dire qu’ils imposent ? Dans son ouverture d’esprit, elle savait qu’il fallait aller de l’avant, et tenir la porte ouverte peut être décoiffant.

Comme souvenir, elle a voulu nous laisser un texte que nous recevrons tous, tiré du pape François. A sa suite, Marie-Claire retient qu’il « n’est pas nécessaire de croire en Dieu pour être une bonne personne. » Vous retrouvez probablement là sa vigilance non sectaire : la qualité de personne ne dépend pas de l’étiquette que vous allez coller sur elles ni du camp dans lesquelles les ranger.

La capacité d’accueil de Marie-Claire nous a rappelé le récit de Marthe et de Marie que nous avons entendu. Elles étaient très libres dans leur société, ces deux femmes qui, apparemment, vivaient seules, et Jésus tout autant, qui accepte l’hospitalité offerte par Marthe. Marthe est entièrement absorbée par les tâches de l’accueil, il semblerait même qu’elle en rajoute. N’est-ce pas le rôle des femmes ? Elle ne trouve d’ailleurs pas normal que sa sœur n’en fasse pas autant et elle voudrait s’appuyer sur Jésus pour qu’il fasse rentrer Marie dans le rang. Car celle-ci s’est donné la liberté de profiter du passage de Jésus pour l’écouter : « Etre assise aux pieds de Jésus » est en effet la position typique des disciples disponibles à l’enseignement d’un maître. Jésus valorise ce choix, comme « la meilleure part ». Y a-t-il de sa part mépris du travail d’accueil réalisé par Marthe, lui qui en est le bénéficiaire ? Je n’imagine pas de sa part une incorrection aussi grave, mais il tient à mettre en valeur la liberté prise par une autre femme de bénéficier d’un avantage trop souvent réservé aux hommes. Marie-Claire a très souvent combiné les deux rôles, hôtesse et interlocutrice, c’est ainsi qu’elle reste marquée dans nos mémoires.

Ce qui a aussi fort marqué les personnes qui l’ont connue, c’est son caractère décidé. A la fin de sa vie, interrogée sur sa décision d’entrer au Foyer Saint-François, elle affirmait : « Je n’ai pas de regrets ». Aussi le courage et la force de ses décisions et prises de position nous ont fait penser au texte de la « Femme forte » de l’AT.

Enseignante elle qui a beaucoup investi dans son métier, a associé l’ouverture à l’autorité, mais une autorité qui encore maintenant éveille des reconnaissances de la part d’anciens élèves avec lesquels elle avait gardé des contacts. Plus largement, elle savait combiner cette autorité à l’accueil, le souci des pauvres ou des personnes fragiles et l’exigence, la rigueur du travail et le plaisir des rencontres.

Frères et sœurs, nous allons continuer notre chemin sans Marie-Claire à nos côtés. Je viens d’évoquer plusieurs points forts qu’elle a incarnés parmi nous et qui restent. Pour cet « après », je vous partage encore ces deux réflexions faites par des proches.

Son choix du texte du souvenir – affirmant, comme je viens de l’évoquer : « Il n’est pas nécessaire de croire en Dieu pour être une bonne personne » – témoigne d’un fameux chemin depuis l’éducation qu’elle a reçue dans son enfance et sa jeunesse. Curieusement, en contredisant ce qu’on lui avait dit, elle prolonge l’ouverture dont témoignaient déjà ses proches il y a très longtemps.

Dans ses derniers temps, Marie-Claire a eu la délicatesse de dire merci pour tout ce que ses proches ont fait pour elle. Eux-mêmes lui ont déjà répondu sur le même ton de gratitude pour les diverses façons dont elle a été importante pour eux. C’est maintenant à nous, en célébrant cette eucharistie, de continuer cette joyeuse action de grâces dans l’esprit qu’elle nous souhaitait.

Nécrologie

Madame Marie-Claire WIDART

Photo 597557
Domiciliée à Chéoux (6987)
Née à Chéoux (6987) le mardi 12 mars 1940
Décédée à Namur (5000) le jeudi 13 février 2020 à l’âge de 79 ans
 Lieu de repos, 6987 Chéoux

Visites, 16 à 19 heures à partir de vendredi

Cérémonie religieuse suivie de l’inhumation à l’église de Chéoux le lundi 17 février à 10 heures 30

 

« Older posts

© 2020 A Choeur Ouvert

Theme by Anders NorenUp ↑